Comment bien arrimer une moto sur une remorque, un rail ou un plateau ?

L’arrimage d’une moto est bien souvent un évènement stressant pour un motard qui préfèrerait sans doute piloter sa monture plutôt que de la voir sur une remorque.

Mais pour emmener sa famille en vacances tout en profitant de ballades en moto, pour se rendre sur un terrain de motocross ou de trial, pour l’emmener lorsque vous déménagez, ou tout simplement lorsque vous tombez en panne en pleine nature, il n’y a souvent guère d’autre choix.

C’est pourquoi lorsque cette situation se produit, il est essentiel de ne rien laisser au hasard et d’apprendre comment bien arrimer sa moto sur sa remorque. D’une part pour éviter de d’endommager bêtement votre moto, mais également bien sûr pour la sécurité des autres usagers de la route.

Car je ne sais pas pour vous, mais personnellement je ne suis pas rassuré lorsque je conduis derrière une remorque sur laquelle quelque chose est arrimé. La plupart des gens ne savent pas vraiment combien de sangles utiliser ni comment les mettre correctement en place.

Un arrimage improvisé et inadapté à votre moto peut être source de dommages allant de la simple rayure sur le carénage, à des dégâts beaucoup plus conséquents mettant hors d’usage votre « bébé ». Ces dommages sont vites coûteux et peuvent être évités en s’équipant du bon matériel.

Je vais donc vous donner quelques conseils pour bien arrimer votre moto afin qu’elle arrive à sa destination indemne. N’improvisez pas et prenez le temps de bien vous préparer à cette situation !

Les moyens de transport étant multiples (remorque spéciale moto, remorque traditionnelle, plateau, pick-up, fourgonnette, …), je vais vous indiquer les différents points à prendre en compte pour bien vous préparer, mais ces conseils resteront généraux et devront être adaptés à votre propre configuration de transport.

Il est bien entendu plus simple d’utiliser une remorque spécialement prévue pour le transport moto.

Quel équipement pour bien arrimer une moto sur une remorque ?

Bien entendu, il vous faut une remorque, un rail moto ou un plateau pouvant supporter le poids de votre moto je ne m’étends pas là-dessus !

Une rampe pour monter la moto sur la remorque.

Il en existe une multitude de modèles à différents prix et je n’en ai pas un en particulier à conseiller.

Si votre utilisation est occasionnelle, vous pourrez sûrement en emprunter une auprès d’une de vos connaissance, sinon les premiers prix feront l’affaire. Assurez-vous simplement que la rampe puisse supporter le poids de votre moto.

Des points d’ancrage suffisamment résistants sur votre moyen de transport.

La résistance des points d’ancrage est souvent négligée mais reste évidemment primordiale. Assurez-vous que vos points d’ancrage sont assez résistants pour absorber les efforts pendant le transport.

Il serait dommage d’investir dans des sangles de qualité et de négliger cet aspect.

Une cale de roue : optionnelle mais recommandée.

Le bloc roue est optionnel mais vous facilitera grandement l’amarrage de votre moto. Il vous permettra de stabiliser votre moto lorsque vous commencerez à mettre en place vos sangles d’arrimage et empêchera la roue de tourner pendant le transport.

Si vous recherchez un modèle présentant un bon rapport qualité prix, je vous recommande celui-ci qui est solide, facile à assembler, et permet un réglage en fonction du diamètre de la roue. Il convient aussi bien aux motos qu’aux scooter et s’adaptera sur la plupart des remorques, plateaux et rails moto.

Cale roue fixé sur rail moto

Des sangles avec des crochets adaptés à vos points d’ancrage.

Un des points primordiaux lors de l’arrimage d’une moto, est de comprimer la suspension pour la mettre en tension en cas de bosse sur la route. Cela évitera à vos sangles de bouger et aux crochets de se défaire des points d’ancrage.

Ainsi, pour arrimer correctement une moto, on privilégiera plutôt des sangles à cliquet qui permettent de tendre facilement et fortement les sangles, que des sangles à boucle à came avec lesquelles il sera fastidieux et compliqué d’obtenir la bonne tension.

Les sangles a cliquet de largeur 25mm de bonne qualité, classiques ou automatiques, sont en général suffisantes pour cette utilisation. Attention cependant à vous assurer qu’elles disposent d’une capacité suffisante par rapport au poids de votre moto, et d’en utiliser le bon nombre.

Dans le cas d’un arrimage en direct, c’est à la valeur de LC qu’il faut se référer. Dans le cas d’un arrimage par friction (encore appelé arrimage par frottement), c’est la valeur du STF qu’il faut prendre en compte.

Mais rien ne vaut un exemple : si votre moto a une masse de 450kg, et que vous arrimez par friction avec des sangles ayant un STF de 120daN, le nombre minimal de sangles à utiliser sera déterminé par le calcul suivant :

Masse de la moto / STF = 450/120 = 3,75 sangles que l’on arrondira évidemment au nombre entier supérieur.

Cela reste un minimum et une ou deux sangles supplémentaires permettent d’accroitre la sécurité du transport.

Opter pour des sangles plus larges et ayant une capacité supérieure vous fera bénéficier d’une sécurité supplémentaire. Qui peux le plus peux le moins !

Les sangles avec crochets « S » sont les plus simples à utiliser car elles permettent de s’accrocher directement à la plupart des endroits en quelques secondes. Ils sont en acier et recouverts d’une couche de vinyle noir afin de protéger les zones de contact avec la charge à arrimer.

Néanmoins, ils peuvent endommager les pièces peintes et peuvent laisser des traces sur les cadres et les guidons.

Si vous n’avez pas de points d’ancrage adaptés aux crochets, vous pouvez opter pour une configuration d’arrimage avec des boucles souples. Elles permettent de fixer les sangles aux points d’ancrage sans que les crochets ne soient en contact avec un élément de la moto. Elles sont parfois intégrées dans des kits d’arrimage, mais sont également disponibles seules sans les sangles à cliquet.

Attention : lorsque vous utilisez des boucles souples, celles-ci doivent être conçues pour être utilisées en arrimage. C’est à dire qu’elles doivent avoir une étiquette de capacité comme les sangles d’arrimage qui vous permettra de vous assurer de leur résistance.

Une astuce pour vous passer de ces boucles souples est tout simplement de réaliser un tour mort avec vos sangles autour du guidon.

Des protections (nécessité à évaluer selon votre propre configuration) :

En cas de mise sous tension des sangles en contact avec une arête vive ou une surface abrasive de la charge ou du porte charge vous devez impérativement protéger ces zones de contact à l’aide de protections adaptées (fourreau PVC, passant caoutchouc ou polyuréthane, coin de protection, …).

Un élément vif en contact avec une sangle sous tension provoquera si vous avez de la chance une simple amorce de rupture (coupure partielle). Dans la plupart des cas, cela conduira à une rupture nette de la sangle par coupure même avec des sangles de qualité.

La mise en place des sangles d’arrimage :

Le but de l’amarrage est d’empêcher tout mouvement de la moto durant le transport. Vous devrez donc l’empêcher de basculer sur le côté, de se déplacer en avant ou en arrière, et empêcher également le glissement latéral des pneus.

Nous vous conseillons de vous faire aider par une 2ème personne qui maintiendra la moto pendant que vous mettrez en place les sangles. Cela vous évitera de la voir tomber pendant l’opération d’amarrage, voir même de vous blesser. Le plus simple est d’avoir une personne assise sur la moto pendant la mise en place des sangles.

Si vous disposer de cales roues, vous pourrez réaliser plus facilement cette opération seul. Attention à bien relever la béquille si vous la sortez pendant l’opération d’amarrage.

Avant de charger la moto sur votre remorque, attachez celle-ci au véhicule qui la tractera et préparez tout le matériel nécessaire afin de faciliter l’opération. Une fois tout à portée de main, chargez la moto sur le porte-charge (plateau, remorque, …) à l’aide d’une rampe supportant son poids.

Vous aurez besoin au minimum d’un jeu de sangles pour l’avant et d’un 2ème pour l’arrière. Vous pouvez en ajouter une ou deux supplémentaires si vous vous sentez stressé.

Positionnez la roue avant dans le cale-roue ou le cas échéant contre la ridelle avant de la remorque, et attachez l’avant de la moto. La plupart des cales roues émettent un « click » lorsque la roue est bien positionnée.

Fixez les sangles à des endroits solides de la moto (triple arbre inférieur, bras oscillant, ou cadre inférieur par exemple qui sont des éléments possédant une résistance élevée à la traction). Certaines motos disposent de points d’ancrage spécialement prévus pour le transport.

Nous vous conseillons de questionner le constructeur ou une concession afin d’obtenir les points de fixation conseillés pour votre moto afin de prévenir tout risque d’endommagement (notez que beaucoup de spécialistes déconseillent d’attacher les sangles au guidon car cela peux potentiellement l’endommager).

Les sangles doivent former un angle de 45 degrés entre la moto et le sol.

Il est important de comprimer un peu la suspension pour éviter un décrochement des sangles lors d’un rebond provoqué par les irrégularités de la route, tout en laissant un peu de jeu pour que votre monture absorbe quand même les chocs. Il faut trouver le juste équilibre.

Une fois les sangles avant mises en place, procéder de la même manière à l’arrière.

Si vous ne disposez pas de cale roue, nous vous conseillons de positionner également une sangle passant par-dessus la moto (protéger la surface de contact avec la sangle), afin d’avoir une sécurité supplémentaire contre le basculement.

Une fois vos sangles mises en place et tendues, vérifier que la moto ne fait plus qu’un avec la remorque. Elle ne doit pas pouvoir avancer, reculer ou basculer sur le côté. Si c’est le cas, votre trajet se déroulera de la meilleure des façons.

Pensez également à attacher les surplus de sangle à moins que vous ne disposiez de sangles à cliquet automatique qui permettent d’absorber l’excédent de sangle dans le cliquet. Afin d’améliorer le confort d’utilisation, la gamme Sturdlink propose un système de bande auto agrippante solidaire des sangles qui permet d’éviter de faire des nœuds souvent bien énervants à défaire par la suite.

Attention, comme lors de tout arrimage, arrêtez-vous au bout d’un ou deux kilomètres, puis à intervalle régulier (toutes les heures) afin de vérifier la tension des sangles et les retendre si nécessaire.

Le retrait des sangles :

Le trajet s’est passé sans encombre et il est maintenant temps de libérer votre protégée. Cette opération ne doit pas non plus être négligée car une chute de la moto est vite arrivée. Il serait dommage de l’endommager arrivé à ce stade !

Nous vous conseillons également pour cette opération de vous faire assister par une 2ème personne qui maintiendra la moto pendant que vous détendez les sangles.

Pensez à regarder avant de partir comment détendre une sangle à cliquet si vous n’êtes pas familiarisé avec leur utilisation !

Exemples de configurations :

Sur remorque standard à ridelle (supportant le poids de la moto) :

L’idéal est d’intégrer un cale roue à l’avant de votre remorque. Le cas échéant, plaquer la roue avant contre la ridelle avant afin d’empêcher tout mouvement vers l’avant préalablement à la mise en place des sangles.

Illustration en cours

Remorque spéciale moto avec cales roues avant et arrière :

Avec ce type de remorque, arrimer sa moto devient un jeu d’enfant !

Les mouvements latéraux, mais aussi avant et arrière des pneus sont empêchés par les deux cales roues intégrés à la remorque. Il ne reste alors plus qu’à empêcher le basculement de la moto à l’aide d’au minimum deux sangles à cliquet que vous fixerez aux endroits appropriés de votre moto.

Illustration en cours

Vous connaissez maintenant les bases pour bien arrimer une moto sur une remorque. Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux investir dans un peu de matériel de qualité, car la facture sera bien plus salée si votre monture chute pendant votre trajet !

Pour des conseils personnalisés, envoyez-nous des photos de votre remorque, ainsi que tous les éléments complémentaires nécessaires (poids de la moto, modèle, résistance des points d’ancrage, matériel à votre disposition,…).

Si vous devez vous équiper en sangles d’arrimage, pensez à visiter la boutique Sturdlink ! Toute la gamme est de qualité professionnelle et garantie 1 an après enregistrement du produit sur le site !


Remarque : en tant que Partenaire Amazon, la marque Sturdlink réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.